web analytics

Breaking News

La Météo A T Elle Changé L'historique?

La météo a-t-elle changé l’historique?

La météo a joué un rôle majeur dans certains des événements les plus cruciaux de l’histoire américaine. L’Almanach du vieux fermier décrit sept événements météorologiques qui peuvent avoir façonné ou changé nos vies.

S’il n’avait pas fait si froid en 1604…

Les habitants de la Nouvelle-Angleterre peuvent parler français. Les explorateurs français sous le Sieur de Monts furent les premiers à établir une colonie sur la côte nord-atlantique, sur une île de la rivière Sainte-Croix en 1604. Mais l’hiver fut si «froid et terrible» que le petit groupe décida de s’installer un endroit plus abrité en Nouvelle-Écosse. La première colonie anglaise, près de l’embouchure de la rivière Kennebec dans le Maine, a également été abandonnée après l’hiver féroce de 1607-08.

S’il n’avait pas été aussi chaud en 1620…

Les pèlerins n’ont peut-être pas survécu à leur premier hiver dans le Massachusetts. Cet hiver de 1620-21 a été décrit comme «un hiver calme comme jamais vu ici depuis», avec des températures douces et une seule grosse tempête de neige. Même ainsi, seuls 50 des 102 colons ont vécu jusqu’au printemps.

S’il n’y avait pas eu autant de brouillard le 29 août 1776…

George Washington et la majeure partie de l’armée continentale auraient pu être anéantis lors de la bataille de Long Island. Après que les troupes britanniques aient remporté une victoire écrasante le 27 août 1776, les Américains ont été piégés à l’extrémité ouest de Long Island. Washington a réussi à sauver son armée en traversant l’East River jusqu’à l’île de Manhattan sous le couvert d’un épais brouillard les 29 et 30 août. Bien qu’il ait subi une défaite, Washington avait réservé son armée comme force de combat.

S’il n’avait pas été aussi orageux le 16 octobre 1781…

Le commandant britannique Lord Cornwallis aurait pu s’échapper de Yorktown pour prolonger la guerre révolutionnaire. Dans la nuit du 16 au 17 octobre 1781, Cornwallis proposa d’évacuer son armée piégée à travers l’estuaire de la rivière York sur des bateaux plats, puis de se frayer un chemin vers le nord pour rejoindre les forces britanniques à New York. Mais au milieu de la traversée, un violent orage a dispersé les flatboats, poussant certains d’entre eux à cinq milles en aval où ils ont été capturés par les Français. Le passage a dû être abandonné, et «a ainsi expiré le dernier espoir de l’armée britannique», selon l’un de ses officiers. Cornwallis a capitulé le 19 octobre, assurant l’indépendance américaine.

S’il n’avait pas plu le 4 juillet 1863…

L’armée confédérée du général Robert E. Lee aurait pu subir de pires pertes, voire être détruite, à la suite de Gettysburg. La grande bataille eut lieu du 1er au 3 juillet 1863 et le dernier jour, Pickett’s Charge, l’assaut final des confédérés contre les lignes de l’Union fut repoussé avec d’énormes pertes. Lee s’attendait à ce que le général de l’Union George Meade contre-attaque, mais Meade hésita. La pluie a commencé à tomber dans la nuit du troisième et s’est poursuivie tout au long du 4 juillet. Sous le couvert de la pluie et de l’obscurité cette nuit-là, Lee a commencé sa retraite en Virginie. Malgré les exhortations frénétiques du président Lincoln, Meade tarda à poursuivre les rebelles battus, et l’armée confédérée de Virginie du Nord s’échappa intacte pour se battre pendant encore 21 mois.

S’il avait neigé plus fort le 7 novembre 1916…

Le président Woodrow Wilson aurait peut-être perdu sa candidature à la réélection en 1916. Lors de l’une des élections les plus proches de l’histoire, le président démocrate Wilson a vaincu le républicain Charles Evans Hughes et a continué à emmener les États-Unis dans la Première Guerre mondiale en 1917. Wilson a remporté l’État de Californie par moins de 2 000 votes un jour où de fortes chutes de neige ont maintenu le taux de participation démocrate bas dans les comtés de montagne. Si la tempête avait été pire, Hughes aurait remporté l’État et les élections nationales. L’Amérique serait probablement entrée en guerre de toute façon; Wilson avait été considéré comme le candidat à la paix. Mais comme l’a dit l’historien Paul F. Boller Jr., Wilson «a fait de la pacification du monde… l’objectif premier de la politique étrangère américaine», une position qui a façonné notre histoire et le monde – depuis lors.

S’il n’y avait pas eu de gel le 28 janvier 1986…

Le désastre du Challenger aurait pu être évité. La navette spatiale a explosé peu de temps après le décollage de Cap Canaveral, en Floride, tuant sept astronautes, dont Concord, institutrice du NH, Christa McAuliffe. L’enquête a montré qu’une chute soudaine de température la nuit précédant le lancement avait provoqué la fragilisation des anneaux scellant les joints entre les segments des propulseurs à combustible solide et leur défaillance. La catastrophe a forcé un arrêt temporaire du programme spatial américain, qui a depuis été entravé par des problèmes techniques et des doutes sur son coût et ses avantages.