Travail salissant, cette alouette de jardinage

Travail salissant, cette alouette de jardinage

La couleur de l’automne est arrivée tardivement cette année et feuilletée, elle était partie, laissant le chaos et le désordre dans son sillage. Maintenant, je suis un peu pointilleux sur la propreté, pas le meilleur trait de caractère pour un jardinier. Et je ne suis pas un fan des jardins formels ou minimalistes, préférant le chaos organisé de schémas plus naturalistes. En cette période de l’année, il me faut simplement savoir comment procéder et mettre de l’avant chaque année. Le temps clément qui a eu lieu récemment signifie que certaines plantes sont bien tombées et que d'autres poussent obstinément. Pas de coupe en gros et de paillage dans ce jardin, oh non, les fleurs ne cessent d'apparaître (abîmer les dégâts, la couleur en décembre!) Et la couverture végétale à feuilles caduques ne cesse de repousser, pensant au printemps. Jusqu’à présent, nous avons rempli six des poubelles de nos voisins non-jardiniers et à une semaine de la veille du conseil municipal, la collecte des bacs verts jusqu’à la fin du mois de janvier, la pression est de mise! Oh, combien de temps je souhaite que les feuilles du noisetier contorsionné tombent pour révéler ses tiges mystiques tordues, mais par contre je serai désolé de voir son Ricinus rouge sang, voisin, succomber inévitablement au gel. Et quand les herbes changent-elles d'architecture en un désordre épouvantable? Je peux certainement faire le lien avec l’expression sur le lapin ornemental d’un ami. (Je ne saurai jamais comment je me suis retenu de me tirer de ce petit garçon à la maison!)

Noisetier tordu, hellébore d'argent, ricin et le brillant lapin!
© Caroline Broome

Avec toutes les tendres salves finalement levées et nichées dans la serre avec les waifs de heuchera et les chiens errants se remettant du charançon de la vigne diabolique, je peux m'évader du temps en rêvassant et en réfléchissant pendant que je rangeais et débarrassais Jardin des vaches 2018. Une année difficile, certainement sur le front de la météo, avec The Beast de l’Est puis Long Summer Hot, mais quelle courbe d’apprentissage. Confiance construite, leçons apprises (beurk, cliché). Salvias, melianthus major & agastaches, qui n’était pas censé aimer le froid intense, ont survécu. Les roses fiables Rhapsody in Blue et For Your Eyes Only n'ont pas réussi à fleurir dans la chaleur. Limaces et escargots presque éteints, presque pas de guêpes. Mais les cannas ne sont toujours pas fleuries avant le mois d’août. En gagner, en perdre.

Et d’une manière générale, c’est une année d’extrême. Grande fierté et joie de remporter la troisième année consécutive le prix du meilleur petit jardin de la London Gardens Society; Un grand choc après avoir perdu deux de nos chats chéris, mais un grand soulagement que deux de nos autres chats aient survécu à une maladie grave. Profond chagrin d'avoir perdu ma merveilleuse amie Ethel, âgée de 106 ans. J'ai rencontré Ethel pour la première fois quand elle m'a demandé de faire son jardin pour elle car elle ne pouvait plus gravir les échelles pour tailler son chèvrefeuille. Elle avait 100 ans. Elle avait des nerins plus âgés que moi! Ethel était un fervent partisan de l’adage suivant: «Adaptez-vous ou mourez». Comme dans la vie, il en va de même dans le jardin. Quand Ethel a finalement déménagé dans une maison de soins, j'ai continué à lui rendre visite tous les quinze jours. Même à ce moment-là, elle était toujours prête. Un nombre incalculable de fois, elle récitait un poème qu'elle avait appuyé pendant son enfance, que je vérifiais sur Google et que je me joignais à elle. J'ai tellement appris grâce à Google avec Ethel que je n'aurais jamais su autrement: pourquoi bâilles-nous; les ongles de votre main dominante poussent-ils plus vite que de l'autre? Et en post-scriptum, nous sommes sur le point d'introduire un nouveau chaton siamois dans notre ménage. Et son nom? Pourquoi, Ethel bien sûr!

Décembre couleur et Caroline avec son amie Ethel

Décembre couleur et Caroline avec son amie Ethel
© Caroline Broome

Nous avons passé des vacances à Cornwall en octobre et à Chypre en novembre. Savez-vous qu'il a fallu autant de temps pour nous rendre chez nos amis Bob’n’atti à Manaccan, près de Helford, et pour rejoindre notre amie Naomi à Paphos? 7 heures, porte à porte des deux côtés. Peu importe les amis haut placés, ses amis aux bons endroits en ce qui nous concerne! B & P a récemment aménagé son jardin avec la régénération de sa haie respectant la faune et la flore. Leur maison ne s'appelle pas Fair Winds pour rien, alors toutes les plantes doivent résister à une exposition sévère (ce que je ne suis pas, étant le Londonien cossetté que je suis). Le climat tempéré est l'hôte de toutes les variétés de plantes que j'ai peu d'expérience, ou du moins de celles que j'ai l'habitude de traiter comme des annuelles. Les échiums se propagent comme des mauvaises herbes dans leur jardin; les soi-disant fuchsias et agapanthe tendres poussent en touffes robustes. Nérines partout (encore?). Schitzostylis Major sur les stéroïdes! Et imaginez avoir un Trachycarpus Fortunei comme point focal de vos frontières. (On ne peut s’empêcher d’appeler le nom à la baisse maintenant.) Nous avons passé une bonne heure dans une pépinière locale à choisir une deuxième vague d’arbustes pour combler les lacunes de la conception originale, commune à nos deux jardins, tels que Hebes, Hortensias et Viorne.

Jardin de Bob et Patti à Cornwall

Le jardin de Bob et Patti à Cornwall
© Caroline Broome

Pour les voyageurs pauvres comme moi, Chypre est un lieu de vacances idéal. conduite à gauche, mêmes prises de force, chauffeurs de taxi avec cousins ​​à Turnpike Lane. Vous pouvez dire à un expatrié britannique par le nombre de roses dans leurs jardins. Les seules pelouses visibles se trouvent dans les hôtels de luxe situés au bord de la plage, suffisamment chers pour employer des jardiniers et des arroseurs 24h / 24, 7j / 7 – ils ne s’intéressent tout simplement pas au terrain. Des pergolas en forme de parasol, entrelacées de bougainvilliers, encadrent les terrasses de cafés bordant les rues du port de Paphos. Des lauriers-roses et des brugmansias ornent chaque villa de banlieue; ipomoea serpente à travers les clôtures métalliques de chaque parking; haies de rosiers sauvages, lantana et romarin. Sentiers côtiers bordés de trachycarpus, d'oliviers et de bananiers. Cannas le long du bord de la route se confond. Des pots méga-aromatiques de basilic, de mélisse, de romarin et d’origan sont placés sans ménagement dans les escaliers menant à l’appartement de Naomi.

Un palmier bananier et un jardin balnéaire contemporain

Un palmier bananier et un jardin balnéaire contemporain
© Caroline Broome

Bien sûr, nous avons effectué notre pèlerinage annuel au sanctuaire pour chats du monastère de Tala, qui abrite actuellement 800 chats abandonnés et errants, tous nommés, aimés et soignés par la directrice anglaise Dawn Foote et son mari Mark. Qu'il s'agisse d'un beau pedigree ou d'un sauvage, tous les chats sont pragmatiques, mais barmans, illustrés ici par des poses de sommeil vraiment ridicules.

Chats

Chats
© Caroline Broome

Voilà donc pour une autre année, la vie chez Broome: jardinage, amis et chats. Nous allons lever le verre jusqu'en 2018 et relever de nouveaux défis pour 2019. Je ne m'excuse pas pour mon sentimentalisme. Joyeuses Fêtes, restez en bonne santé, vivez et aimez bien. Rire beaucoup. Caroline xxxx